ACTUALITÉS

Journée mondiale de la santé mentale
Autisme : "Un enfant sur 100 est susceptible d'en être affecté. Nous devons aider ces enfants à s'intégrer"
Le mercredi 9 octobre 2019

A l’occasion de la Journée mondiale de la santé mentale, ce 10 octobre, DéFI rappelle son engagement pour, entre autres, une diminution des hospitalisations, la réduction de la consommation de médicaments psychotropes, la lutte contre le suicide et une meilleure prise en charge des soins de santé mentale.

Un Belge sur trois éprouve des difficultés psychologiques et près d’un sur cinq présenterait des signes de pathologie mentale. La Belgique connaît un taux de suicide important. Avec 6 suicides par jour en moyenne, notre pays est malheureusement dans le top 3 européen en la matière. Le suicide est donc aujourd’hui la 7e cause de mortalité pour la population belge totale, toutes causes confondues.Force est de constater que les problèmes de santé mentale sont en croissance.

Les adolescents ne sont pas épargnés

Il est inquiétant de constater que plus de la moitié des problèmes psychologiques surviennent vers l’âge de 14 ans. Harcèlement, moqueries sur les réseaux sociaux et actes de violence sont autant de causes pouvant être à l’origine de troubles mentaux chez les adolescents. Or ces situations de détresse psychologique, dont la dépression, restent souvent mal identifiées et insuffisamment accompagnées, ce qui entraîne des conséquences néfastes sur la santé, la scolarité et les futurs parcours professionnels des jeunes. L’identification et une prise en charge adéquate des problèmes de santé mentale sont essentielles au travers d’une approche multidisciplinaire.

Renforcer la promotion de la santé mentale et la détection précoce

Afin d’atteindre des objectifs tels que la diminution des hospitalisations, la réduction de la consommation de médicaments psychotropes, la diminution du taux de suicide, DéFI soutient qu’il faut renforcer la promotion de la santé mentale, la détection précoce et l’offre de soins de santé mentale ! Comment ? En augmentant l’offre de soins en service de santé mentale, en intégrant la promotion de la santé mentale en milieu scolaire, en organisant les actions de formation et de sensibilisation auprès des médecins généralistes (détection précoce, accompagnement du patient, solutions alternatives à la médication,…) permettant la diminution de la prescription des antidépresseurs mais aussi en renforçant le soutien psychologique aux proches.

Détection précoce de l’autisme

Au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, DéFI pose des actions concrètes en matière de santé mentale. Notre but ? « Aider les enfants autistes. Assurer une détection précoce des premiers signes de trouble du spectre de l’autisme (TSA). Accompagner les familles et l’entourage. Créer du lien entre les intervenants (médicaux, scolaires, psy, logo) et les secteurs (institutionnels et associatifs). Intégrer et inclure les enfants autistes dans l’enseignement ordinaire. Donner les outils aux enseignants pour le faire dans de bonnes conditions. Décloisonner ! »

Joëlle Maison, députée à la Fédération Wallonie-Bruxelles, a récemment interpellé la Ministre de la Petite Enfance et de la Santé sur la détection précoce de l’autisme :  » Les études réalisées sur le trouble du spectre de l’autisme renseignent une prévalence de l’ordre de 1%. Un enfant sur 100 est donc susceptible d’en être affecté. Des réserves ont souvent été émises sur le danger d’un diagnostic trop précoce risquant d’accroître la proportion de « faux positifs ». Face à cette frilosité exprimée par le passé, la communauté scientifique salue désormais les bienfaits d’une détection précoce de l’autisme. Moyennant des exercices adaptés et des actions intelligemment menées autour de l’enfant et de sa famille, un diagnostic posé très tôt est la clef d’un parcours de vie plus autonome. Il permet en effet de sortir certains enfants du spectre autistique et de leur assurer une vie presque normale. Un diagnostic de suspicion d’autisme pourrait donc être posé à l’âge de dix-huit mois. L’étape suivante consiste à élargir le test à un grand nombre de très jeunes enfants et à effectuer un travail d’encadrement des parents. Le développement du logiciel et du protocole pourrait, à terme, offrir aux structures de médecine préventive un test systématique qui permettrait de détecter un TSA le plus tôt possible, à l’occasion de consultations non ciblées.
Dans le cadre d’une politique de prévention articulée entre la Fédération Wallonie-Bruxelles, l’Office de la naissance et de l’enfance (ONE) et la Commission communautaire française (Cocof), il convient de favoriser le repérage des écarts de développement chez les très jeunes enfants en formant massivement tous les professionnels de la petite enfance à une détection très précoce des signes avant-coureurs de l’autisme. Mon objectif est l’inclusion et l’épanouissement des enfants, mais un autre objectif consiste à éviter aux parents un certain désarroi. Il peut s’avérer dangereux de médicaliser immédiatement l’enfant suspecté d’autisme et de le faire entrer dans une spirale infernale de la stigmatisation. »
Dans la même rubrique
« Compensons la perte de parking en voirie en mutualisant les moyens »
Région bruxelloise "Compensons la perte de parking en voirie en mutualisant les moyens"
« L’élargissement du Ring va à l’encontre de la logique et transformerait Bruxelles en aspirateur à voitures »
Région bruxelloise "L’élargissement du Ring va à l'encontre de la logique et transformerait Bruxelles en aspirateur à voitures"
DéFI s’étonne de l’acquisition, par le CPAS, de deux maisons pour une somme avoisinant les 2,5 millions d’euros !
Uccle DéFI s’étonne de l’acquisition, par le CPAS, de deux maisons pour une somme avoisinant les 2,5 millions d’euros !
Antoinette Spaak : « Charles Michel est parti de très mauvaise façon. C’est un abandon de poste »
Grand entretien Antoinette Spaak : "Charles Michel est parti de très mauvaise façon. C’est un abandon de poste"
Un nouveau code bruxellois du bien-être animal, une priorité pour Bernard Clerfayt !
Journée mondiale des animaux Un nouveau code bruxellois du bien-être animal, une priorité pour Bernard Clerfayt !
DéFI s’engage à tous les niveaux de pouvoir en faveur du bien-être animal
journée mondiale des animaux DéFI s’engage à tous les niveaux de pouvoir en faveur du bien-être animal