ACTUALITÉS

Coronavirus / Prolongation du confinement
"Il faut pouvoir garder une routine quotidienne, des contacts sociaux via Internet et maintenir une activité physique"
Le jeudi 16 avril 2020

Lors du Conseil National de Sécurité de ce mercredi 15 avril, plusieurs décisions ont été prises. Comme à chaque fois, ces décisions reposent sur les avis des experts scientifiques. Il a été décidé lors de cette réunion de prolonger les mesures de confinement actuellement en vigueur jusqu’au 3 mai inclus.

Des mesures pour rendre le confinement plus soutenable

Afin de rendre cette prolongation de confinement plus soutenable, le gouvernement a décidé que :

  • Les magasins de bricolage et les jardineries pourront rouvrir leurs portes, aux mêmes conditions que les magasins d’alimentation. Les distances de sécurité devront donc être d’application ;
  • Les résidents des structures d’hébergement pourront également recevoir des visites. C’est-à-dire les maisons de repos et de soins ou les centres pour personnes avec un handicap par exemple – à recevoir la visite d’un proche désigné. Cela, à condition que le résident en question ne présente aucun symptôme de la maladie depuis deux semaines. Cette personne devra toujours être la même. Les maisons de repos se chargeront de l’organisation de ces visites. Ces règles seront aussi d’application pour les personnes qui vivent seules et qui ne peuvent pas se déplacer.

Les consignes de base restent inchangées jusqu’au 3 mai et doivent impérativement être respectées. Les forces de l’ordre continueront à s’en assurer.

Les effets du confinement

Le psychologue spécialisé dans la gestion du stress David Vandenbosch, également président de la section DéFI Uccle, était l’invité du RTL Info 19h pour expliquer les effets du confinement sur la santé mentale des Belges.

David Vandenbosch – RTL Info 19h – 15/04/2020

« Après 10 jours, il y avait déjà des effets sur l’anxiété, l’irritabilité et la lassitude des Belges. Avec cette prolongation, comment ne pas craquer ? Il faut pouvoir garder une certaine routine quotidienne, garder des contacts sociaux via Internet par exemple. On privilégiera, quand c’est possible, les visioconférence plutôt que les appels téléphoniques, les sms ou les chats. Il est aussi recommandé de maintenir une activité physique. »

Pour David Vandenbosch, il faut tenir compte des facteurs économiques et de santé liés à la crise mais il ne faut pas oublier la santé mentale et le sentiment de solitude que le confinement peut provoquer chez beaucoup : « la solitude a des effets psychologiques bien entendu mais aussi sur la santé physique des gens. Et ce, notamment chez les personnes âgées qui sont, pour l’instant, très isolées. Les règles de distanciation sociale ne permettent pas le toucher, qui est pourtant un facteur essentiel de bien-être. Or, le coronavirus est une « maladie du toucher », il est donc conseillé, au sein de la cellule familiale et quand c’est possible de maintenir un lien social grâce au toucher. »

Dans la même rubrique
DéFI réclame de la transparence dans l’établissement des critères établissant les couleurs ainsi que la publication des données sur lesquelles se reposent les experts
CELEVAL / Coronavirus DéFI réclame de la transparence dans l’établissement des critères établissant les couleurs ainsi que la publication des données sur lesquelles se reposent les experts
Nicole Bomele : « Regardons notre Histoire droit dans les yeux »
décolonisation Nicole Bomele : "Regardons notre Histoire droit dans les yeux"
Jonathan de Patoul : « Il y a une discrimination entre les candidats au permis »
Sécurité routière Jonathan de Patoul : « Il y a une discrimination entre les candidats au permis »
Les Bruxellois ont voté pour deux nouvelles applications mobilité
Région bruxelloise Les Bruxellois ont voté pour deux nouvelles applications mobilité
60 millions pour soutenir les communes bruxelloises face au boom démographique
Région bruxelloise 60 millions pour soutenir les communes face au boom démographique
DéFI propose une évaluation obligatoire à l’entrée pour lutter contre l’échec en première année
enseignement supérieur DéFI propose une évaluation obligatoire à l'entrée pour lutter contre l'échec en première année